Enceintes ou allaitant

Alcool et grossesse

L’alcool que vous buvez pendant votre grossesse, votre bébé le boit aussi ! Comme les effets de l’alcool peuvent être très dommageables pour le fœtus, les femmes enceintes ou celles planifiant une grossesse devraient éviter toute consommation d’alcool.

 

 

Syndrome d'alcoolisme fœtal

L'alcool traverse facilement la barrière du placenta, passant ainsi du sang de la maman à celui de l'enfant.

Les conséquences d’une grande consommation d’alcool pendant la grossesse peuvent s'avérer très graves : avortement spontané, accouchement prématuré, naissance d'un enfant mort-né, malformations et retard dans le développement physique et psychologique de l'enfant.

Ces différentes manifestations portent le nom de « syndrome d'alcoolisme fœtal ».


Ne prendre aucun risque...

Encore aujourd'hui, aucun seuil n'a pu être établi afin de déterminer la quantité d'alcool en dessous de laquelle tout effet néfaste pour votre bébé est évité. Mieux vaut donc s'en passer.

Les effets de l'alcool durant la grossesse dépendent d'un certain nombre de facteurs, dont la quantité d'alcool consommée, le stade de la grossesse au cours duquel l'alcool a été consommé et la capacité de la mère d’éliminer l'alcool de son système.


Gardez bébé à jeun...

Une consommation modérée d’alcool, définie comme moins d’une consommation par jour, est liée à un retard de croissance intra-utérine et à un indice d’Apgar plus faible à la naissance. (Cet indice est le chiffre permettant d’apprécier l’état de santé d’un nouveau-né, calculé dans les minutes qui suivent la naissance.)

La consommation d'alcool au cours du premier trimestre peut entraîner des anomalies structurales et anatomiques chez votre enfant. Au deuxième et au troisième trimestre, le risque de retard de croissance et d'atteinte fonctionnelle augmente avec la quantité d'alcool circulant dans son sang.

De façon générale, plus la consommation d'alcool est élevée, plus les risques sont importants. Son poids étant très petit et son organisme à peine développé, le fœtus élimine l'alcool beaucoup plus lentement. Rapidement arrivé au cerveau, l'alcool risque alors d'arrêter ou de perturber la croissance des cellules nerveuses de votre bébé.


Comme quoi: un verre d'alcool en moins, c'est une chance en plus pour votre bébé…

 

Dernière modification :