Cancer

Certaines habitudes alimentaires diminuent les risques de mortalité chez les survivantes du cancer du sein

Valeur de l'affirmation : 1
0 : Non fondée
1 : Peu probable
2 : Probable
3 : Fondée

En 2014, le World Cancer Research Fund a publié un rapport sur l’impact de l’alimentation sur la mortalité des survivantes du cancer du sein. L’organisme a demandé à un panel de scientifiques de partout dans le monde d’analyser ces études pour émettre des recommandations. Le rapport est basé sur 85 études, rassemblant ainsi les données de 164 416 femmes.

 

Les conclusions du rapport sont assez claires : Jusqu’à présent, les études effectuées sur le sujet ne sont pas suffisantes pour pouvoir émettre des recommandations officielles.

 

Ceci étant dit, bien que les preuves méritent d’être solidifiées par de futures études, quelques pistes semblent pointer vers un effet bénéfique : 

 

  • Les femmes qui consomment le plus d’aliments riches en fibres, avant ou après le diagnostic de cancer du sein, pourrait avoir un risque moins élevé de mourir du cancer du sein.
  • La consommation de soya après le diagnostic pourrait avoir un effet protecteur sur la mortalité du cancer du sein.
  • Les femmes qui consomment des aliments riches en gras et en gras saturés avant le diagnostic auraient plus de risques de mourir du cancer du sein.
  • Un indice de masse corporelle (IMC) santé est associé à un plus haut taux de survie après le diagnostic de cancer du sein.

 

Ces données nous rappellent que l’alimentation est souvent beaucoup plus efficace en termes de prévention, surtout lorsqu’il s’agit de maladies qui se développent sur le long terme. En ce sens, beaucoup d’études démontrent que la diète Méditerranéenne  est un des meilleurs gages de santé. 

Dernière modification :