Consommation responsable

Comment choisir les conserves de thon?

Au Canada, le thon en conserve représente 48 % des ventes de poissons et fruits de mer en conserve. Cela veut donc dire qu’un peu moins d’une conserve de produits de la mer sur deux vendue au Canada contient du thon. L’amour pour ce poisson dans les foyers canadiens n’est pas à remettre en doute!

 

On pourrait croire que toutes les conserves de thon sont identiques. Cependant, que l’on parle de la teneur en mercure de ce poisson ou de la surpêche de certaines espèces, certaines différences significatives surviennent entre les différents produits. Voici quelques conseils pour choisir votre conserve de thon.

 

Teneur en mercure

 

Le mercure est un contaminant retrouvé dans les poissons. Selon les espèces, la teneur en ce métal lourd peut varier. Deux types de thons sont utilisés dans les conserves : le thon pâle et le thon blanc. Les thons pâles sont le thon listao et le thon à nageoires jaunes. Ce sont des poissons beaucoup plus petits que celui que l’on consomme frais. Ils contiennent donc moins de contaminants. Par contre, le thon blanc, aussi nommé germon (ou albacore en anglais), est plus gros que le pâle et, comme c’est un poisson prédateur, il contient plus de mercure.

 

Ainsi, des précautions particulières concernant le thon blanc s’imposent, en particulier pour les personnes vulnérables :

 

  • Les femmes enceintes ou qui prévoient le devenir et les femmes qui allaitent devraient consommer un maximum de 300 g de thon blanc en conserve, ce qui équivaut à 4 portions par semaine.
  • La consommation de thon blanc en conserve pour les enfants de 1 à 4 ans devrait être limitée à 75 g par semaine. Pour les enfants de 5 à 11 ans, se limiter à 150 g par semaine, soit deux portions.
  • Il est toutefois important de rappeler que pour le reste de la population et pour les conserves contenant du thon pâle, il n’est pas nécessaire de limiter sa consommation de thon en conserve.

 

Quelles conserves respectent le plus l’environnement?

 

Le thon est toutefois victime de sa popularité. En effet, sur les huit espèces de thon, six sont menacées ou quasi menacées. Ainsi, si on veut choisir une conserve de thon durable, il vaut mieux se tourner vers celles qui contiennent du thon listao. Heureusement, il s’agit également de l’une des espèces qui contiennent le moins de contaminants.

 

Certaines compagnies indiquent l’espèce qui se trouve dans la conserve. Une autre façon de le savoir est de consulter le classement des conserves de thon durables effectué par Greenpeace Canada. L’organisme a également développé une application mobile qui permet rapidement de déterminer si une conserve de thon est durable ou non et peut informer sur l’espèce qu’elle contient. L'application Seafood Watch de la Monterey Bay Aquarium est également une bonne ressource pour retracer les poissons de pêche durable.

 

On peut aussi se tourner vers de nouvelles espèces de poisson et de fruits de mer en conserve pour changer de la routine. Que l’on parle de moules, de sardines, de harengs, de maquereau ou de saumon, il s’agit d’options qui valent la peine d’être essayées!

Dernière modification :