Cuisine maison

Confiture : maison ou du commerce?


L’été, c’est le temps de faire vos provisions de petits fruits ou même de légumes pour faire vos confitures préférées, afin de savourer ces succulents produits tout au long de l’année! Les confitures maison nous apparaissent tellement meilleures parce qu’on laisse souvent les fruits entiers. Mais côté sucre, quelle différence y a-t-il entre celles du commerce et celles préparées à la maison?

 

Du sucre, plus qu’il n’en faut?

Sachez que le terme «confiture» est normalisé par la Loi sur les aliments et drogues. Pour être appelée confiture, une préparation doit contenir un minimum de 66% de sucre, incluant celui des fruits et du sucre ajouté. Il faut également qu’elle soit composée d’un minimum de 45% de fruits pour la catégorie « haut de gamme » et de 27% de fruits minimum pour la catégorie suivante. Les produits ne contenant pas le 66% de sucre requis pour obtenir l’appellation de confiture, optent plutôt pour le terme « tartinade », qui lui, n’est pas normalisé.

 

À la maison…

Lorsque vous préparez vos confitures maison, il n’est pas nécessaire de respecter le % de sucre total requis pour qu’elle puisse légalement porter le titre de confiture. Selon la quantité de sucre ajouté, il vous faudra peut-être ajouter de la pectine, afin d’obtenir une texture plus tartinable. Voilà tout!

 

Lorsque vous préparez votre confiture maison, vous contrôlez alors la quantité de sucre que vous ajoutez. Il est donc possible d’obtenir une confiture réduite en sucre et donc en calories. Puis, si vous suivez correctement toutes les étapes de la mise en conserve, vous pourrez vous régaler de ce petit plaisir en toute sécurité. Si par contre vous achetez vos confitures en magasin, optez pour des confitures dont le premier ingrédient est des fruits plutôt que du sucre.

 

 

Conservez vos confitures et votre santé!

Pour mettre en conserve de façon sécuritaire, lisez attentivement les recommandations de Bernardin sur les étapes à suivre, afin de faire ses conserves maison sans se mettre à risque de certaines maladies comme le botulisme.





 

 

Dernière modification :