Légumes et fruits

Connaissez-vous vos légumes racines?

Suffit de mettre le nez dehors pour se rendre à l’évidence; l’hiver est à nos portes. Maintenir une variété de légumes dans votre assiette vous paraît soudainement plus ardu. Saviez-vous que plusieurs légumes de chez nous sont disponibles durant la saison froide? Extenso vous dévoile toute la vérité sur les légumes racines cultivés dans diverses régions de l’hémisphère nord.

 

 

Céleri-rave


Ce légume à l’allure hors du commun, de la famille des ombellifères, nous procure plusieurs bienfaits. Il s’agit d’une bonne source de vitamine C, de potassium, de vitamine B6, de magnésium ainsi que de fer. Crue ou cuite, cette racine s’ajoute aisément à l’alimentation. La purée de pomme de terre, les soupes ou encore les sauces à spaghetti ne sont que quelques exemples de possibilité d’emploi du céleri-rave en cuisine.
 

 


Navet ou rutabaga


Malgré la croyance populaire, le navet et le rutabaga ne sont pas deux termes désignant le même légume. Il vous est difficile de les différencier? Le rutabaga est plus gros que le navet. De plus, ses feuilles aussi appelées fanes sont plus grandes et fournies. Plus petit, le navet revêt une fine peau blanchâtre à la base et pourpre au dessus.


Il existe aussi une différence quant à la couleur de la chair. En effet, celle du rutabaga est plus foncée que celle du navet qui se rapproche du blanc. Tous deux fournissent un apport considérable en vitamine C et en potassium.
Vous ressentez des inconforts gastriques lorsque vous consommez du navet ou du rutabaga? Sachez qu’une cuisson prolongée ou encore un légume plus gros rendraient ces tubercules plus sujet à engendrer ces symptômes.

 

 


Betterave


Petite racine, la betterave est disponible de juin à mars au Québec. Cuites au four, en soupe ou en salade, nombreuses sont les possibilités d’intégrer la betterave à votre assiette.


Saviez-vous que la betterave doit sa couleur intense à un pigment qui s’avère un excellent antioxydant? Effectivement, la bétalaïne, bien assimilée par le système gastro-intestinal, aurait notamment des effets anti-inflammatoires. Même les feuilles de ce légume gagnent à être consommées. Celles-ci sont riches en antioxydants de la famille des caroténoïdes tant sous leur forme cuite que crue. La betterave constitue une excellente source de potassium et de vitamine A, ainsi qu’une bonne source de vitamine C.

Un seul bémol doit être apporté quant à la consommation de betteraves. Étant une source considérable de vitamine K, les personnes qui prennent de façon quotidienne un anticoagulant doivent éviter de consommer plus de 125 ml (½ tasse) de betteraves crues ou 60 ml (¼ tasse) cuites. Cette mise en garde a pour objectif d’éviter les variations des taux sanguins de vitamine K.

 

 


Carotte


Bien qu’il s’agisse d’un des légumes les plus fortement consommés au Québec, la carotte mérite tout de même que ces bienfaits soient dévoilés au grand jour. Votre mère vous a déjà dit de manger beaucoup de carottes pour avoir de bons yeux. Cette croyance tient ses fondements sur la teneur en bêta-carotène qui joue un rôle au niveau de la vision, en particulier la vision nocturne. Aussi, certaines études ont montré un effet protecteur des caroténoïdes sur le développement de cataractes. Parmi ces principaux nutriments, la carotte compte les vitamines C, B6, B1 et l’acide folique.
 

 


Panais


À l’œil, le panais ressemble étrangement à la carotte excepté pour sa couleur plus pâle. Il fait évidemment partie de la même famille botanique que son cousin orangé soit celle des ombellifères. S’il vous est inconnu, son goût sucré saura vous convaincre de l’inclure à vos soupes, vos purées, salades ou autres. Râpé, il ajoutera une petite touche spéciale à vos sautées.


D’un point de vue nutritionnel, le panais contient entre autres des antioxydants (l’apigénine et les polyacétylènes) ainsi que des fibres. Il s’agit aussi d’une source de vitamines du complexe B, de vitamine C et de vitamine E.
 

 


Essayez-les crues!


Pour bien des gens légumes racines riment avec plats longuement mijotés et éventuellement légumes mous. Et si vous croyez ne pas aimer les légumes racines, il s’agit peut-être d’une simple question de types de mets. Râpés, la betterave, le céleri-rave et même le navet peuvent égayer vos salades en hiver.
 

 


Quand qualité et économie font la paire


Plusieurs personnes prétendent qu’il est dispendieux de manger sainement. Les légumes racines sont une excellente façon de faire le plein de fibres, de vitamines et de minéraux et ce, à prix moindre.
Il n’y a donc plus d’excuse pour ne pas bénéficier des nombreux avantages que nous procurent ces aliments bien de chez nous. En souhaitant que les racines s’ajoutent à votre panier cet hiver.

 

 

Dernière modification :