Maladies cardiovasculaires

L’acide folique diminuerait les risques d’AVC

Les résultats d’une méta-analyse rassemblant plus de 55 000 participants à des essais cliniques randomisés et contrôlés déclare que la supplémentation en acide folique diminuerait les risques de souffrir d’un accident vasculaire cérébral (AVC).

 

Qu’est-ce qu’un AVC?

 

Un accident vasculaire cérébral ou AVC se produit lorsque le sang arrête de se rendre au cerveau ou lorsqu’un vaisseau sanguin se rompt à l’intérieur du cerveau. Les neurones du cerveau qui manquent d’oxygène et de nutriments meurent, ce qui peut causer plusieurs séquelles importantes et même la mort.

 

Une question d’homocystéine…

 

L’homocystéine est un acide aminé. Il a été largement documenté que les personnes qui n’ont pas assez d’acide folique dans le sang auront des taux d’homocystéine plus élevés. Ceci s’explique par le fait que l’acide folique joue un rôle important dans une réaction métabolique qui diminue les taux d’homocystéine.

 

Or, l’homocystéine est associée à une augmentation des risques de souffrir de maladies cardio-vasculaires, dont les AVC. Pour cette raison, plusieurs chercheurs s’intéressent à des stratégies afin de diminuer l’homocystéine dans le sang. Ainsi, certains postulent que la supplémentation en acide folique pourrait diminuer le taux de cet acide aminé et, par le fait même, diminuer les risques de souffrir d’un AVC.

 

Des effets intéressants, mais non applicables au Canada

 

Les résultats de la méta-analyse montrent une réduction de 11% des risques de souffrir d’un AVC avec une supplémentation de 0,8 mg d’acide folique quotidiennement chez les populations où il n’y a pas de fortification d’acide folique dans les aliments et une diminution moyenne de 8% si l’on considère les pays où l’enrichissement est modéré.

 

Cependant, il faut mentionner que cette méta-analyse rassemblait des études de partout dans le monde. Or, au Canada, la farine blanche et les pâtes enrichies sont déjà enrichies en acide folique et ce, à des niveaux élevés comparativement à beaucoup d’autres pays. L’effet d’une supplémentation en acide folique sur le risque de maladies cardiovasculaires devient alors moins clair dans ce contexte.

 

Au Québec, l’apport moyen des femmes de 19 ans et plus en acide folique est de 0,46 mg, alors qu’il est de 0,55 mg pour les hommes de ce groupe d’âge. On estime qu’environ 0,1 mg à 0,2 mg proviennent de l’enrichissement des aliments.

 

Qu’est-ce qu’on fait?

 

Les auteurs concluent qu’un apport de 0,4 mg à 0,8 mg d’acide folique par jour serait suffisant pour réduire les risques d’AVC. Dans ce contexte, il n’est pas possible de recommander la prise de suppléments d’acide folique pour diminuer nos risques de souffrir d’AVC puisque les apports moyens des Québécois sont supérieurs à 0,4 mg.

Si vous cherchez des moyens de prendre soin de votre santé cardiaque, vous pouvez trouver plusieurs conseils dans notre section Maladies Cardiovasculaires.

Dernière modification :