Bébés

L’ajout de symbiotiques, probiotiques ou prébiotiques aux préparations commerciales pour nourrissons est-il bénéfique pour les enfants nés à terme?

Sur le marché, on retrouve de plus en plus de préparations commerciales pour nourrissons (lait commercial) auxquels on a ajouté des symbiotiques, des probiotiques ou des prébiotiques. Selon les prétentions des compagnies, ces ajouts sont effectués dans le but d’offrir des bénéfices aux enfants, notamment pour la croissance, la réduction des infections et la santé digestive. Par contre, il y a très peu de preuves que ces types de préparations commerciales offrent des bénéfices réels sur la santé des enfants nés à terme.

 

Le petit lexique : probiotiques, prébiotiques et symbiotiques

 

Les probiotiques sont des microorganismes vivants qui, lorsqu’ils sont administrés dans les bonnes doses, offrent des bénéfices sur la santé de la personne qui les consomme. Les probiotiques les plus courants sont ceux faisant partie du genre Lactobacillus et Bifidobacteria. On les retrouve naturellement dans la flore gastro-intestinale de l’être humain.

 

Les prébiotiques sont des ingrédients qui ne sont pas digestible par le tube digestif humain. Ils favorisent la croissance et/ou l’activité des probiotiques en leur servant de nourriture. Les prébiotiques les plus étudiés sont l’inuline, les fructooligosaccharides (FOS) et les galactooligosaccharides (GOS).

 

Lorsque les probiotiques et les prébiotiques sont administrés simultanément, on les appelle des symbiotiques. Les prébiotiques permettraient de prolonger la durée de vie des probiotiques et de favoriser les bonnes bactéries déjà présentes dans le tube digestif.

 

Pourquoi dans les laits commerciaux pour nourrissons?

 

On sait depuis longtemps que le lait maternel offre plusieurs bénéfices à la santé des nouveaux-nés, notamment en favorisant l’immunité. Pour différentes raisons, il n’est pas toujours possible pour la mère d’allaiter son bébé et cette dernière doit se tourner vers les préparations commerciales.

 

Puisque les probiotiques et les prébiotiques semblent montrer des bienfaits sur l’immunité et la santé digestive, il semble donc tout indiqué de tester leur effet dans les laits maternisés.

 

Peu d’impacts prouvés

 

Une revue systématique de la littérature publiée en 2012 s’est penchée sur l’impact des préparations commerciales additionnées de symbiotiques, probiotiques ou prébiotiques sur les enfants nés à terme.

 

La revue a tenu compte des résultats de 15 essais cliniques randomisés contrôlés. Les résultats sont peu concluants.

 

Aucun effet n’a été observé sur le poids, la taille, la circonférence de la tête, la consistance des selles, les vomissements, les coliques ou les pleurs des bébés nés à terme et nourris avec des préparations commerciales enrichies en symbiotiques, comparativement à ceux nourris avec des préparations ordinaires. La seule différence observée était une augmentation de la fréquence des selles.

 

Pour les probiotiques, un constat similaire. Aucune différence n’a été observée sur le poids, la taille, la circonférence de la tête, la consistance des selles, la prévalence d’infections, les vomissements, les coliques ou les pleurs des bébés nés à terme. Ces préparations semblaient diminuer la concentration de bifidobactéries (bonnes bactéries) ainsi que celle des enterobactéries et les bacteriodes (mauvaises bactéries) dans les selles.

 

Les préparations commerciales enrichies de prébiotiques semblent offrir quelques bénéfices. Par exemple, les résultats ont démontré qu’ils favorisaient le gain de poids. Les selles des bébés nourris avec ces préparations étaient plus molles. Quatre études ont également observé une augmentation du nombre de bifidobactéries. Pour le reste des résultats, aucune différence n’a été observée.

 

En conclusion

 

Selon les auteurs de la revue de littérature, il serait prématuré de recommander les préparations commerciales avec ajout de probiotiques, prébiotiques ou symbiotiques dans le but d’améliorer la santé des bébés nés à terme. Évidemment, pour au moins les 6 premiers mois de la vie d’un bébé, le lait maternel est l’aliment de choix, mais si vous devez vous tourner vers les préparations commerciales, celles contenants des probiotiques, des prébiotiques ou des symbiotiques ne démontrent d’effets bénéfiques supplémentaires comparativement aux préparations ordinaires.

Dernière modification :