Alzheimer et Parkinson

La vitamine D protège la santé du cerveau

Valeur de l'affirmation : 1
0 : Non fondée
1 : Peu probable
2 : Probable
3 : Fondée

On connaît depuis longtemps le rôle de la vitamine D pour la santé des os. Par contre, on découvre de plus en plus de nouvelles fonctions à cette vitamine. Par exemple, la vitamine D aurait des effets liés à certaines fonctions dans le cerveau. Le fait d’avoir un faible taux de vitamine D dans le sang serait associé à certaines démences, comme la maladie d’Alzheimer.

 

Où trouver la vitamine D

 

Besoin d’un petit rafraîchissement de mémoire sur les meilleures sources de vitamine D? Consultez notre dossier complet sur cette vitamine essentielle!

 

En plus des sources alimentaires, notre corps est capable de fabriquer cette vitamine lorsque notre peau est exposée au soleil. Malheureusement, puisque nous vivons au nord, il est pratiquement impossible pour notre corps de fabriquer cette vitamine pendant les mois d’hiver. Ainsi, certaines personnes doivent se tourner vers les suppléments pour assurer leurs besoins. Pour tout savoir sur la supplémentation en vitamine D, consultez notre article dédié à ce sujet.

 

Avez-vous un taux optimal de vitamine D dans le sang?

 

Il n’y a pas de consensus actuellement concernant la concentration optimale de vitamine D à avoir dans le sang. Certains experts prétendent qu’un taux de 50 nM/L serait l’idéal alors que d’autres croient qu’on a besoin d’au moins 75 nM/L pour subvenir à nos besoins corporels en vitamine D. Il est estimé que de 40% à 90% des personnes âgées de plus de 60 ans ont un taux inférieur 75 nM/L. La seule façon de connaître notre concentration de vitamine D est de subir une prise de sang.

 

Quels sont les effets de la vitamine D sur le cerveau?

 

Le cerveau possède des récepteurs pour la vitamine D dans deux de ses régions, le cortex et l’hippocampe, qui ont un rôle important sur le fonctionnement cognitif. Certains neurones ont également la capacité de transformer la vitamine D inactive en sa forme active. De plus, la vitamine D serait essentielle au développement normal du cerveau pendant la grossesse et le début de la vie.

Certaines études associent le taux de vitamine D à la performance cognitive. Toutefois les résultats sont peu concluants jusqu’à maintenant.

 

Que disent les études?

 

Une méta-analyse publiée en 2012 s’est penchée sur le lien entre la déficience cognitive, la démence et la concentration de vitamine D dans le sang. Cinq études transversales regroupant 5686 participants furent inclues. Les chercheurs ont conclu qu’une faible concentration sanguine en vitamine D était associée à des fonctions cognitives déficientes. Deux études longitudinales furent également analysées par les mêmes chercheurs et ils sont arrivés à une conclusion similaire. Cependant, comme les études étaient très hétérogènes, les auteurs ont déclaré que le lien était encore incertain et qu’il fallait des études de meilleure qualité pour arriver à des conclusions fiables.

 

Encore en 2012, d’autres chercheurs ont effectué plusieurs méta-analyses liant la vitamine D à l’état cognitif et à la démence. Les méta-analyses regroupaient ensemble un total de 37 études (21 transversales, 10 cas-contrôles, 1 avant/après avec groupe contrôle, 2 de cohorte prospectives et 3 randomisées contrôlées). Les chercheurs sont arrivés à la même conclusion : un faible taux de vitamine D est associé à un déficit cognitif et à la maladie d’Alzheimer.  Cependant, encore une fois, les chercheurs ont noté une grande hétérogénéité entre les études.

 

En 2013, une méta-analyse a évalué le lien entre le taux de vitamine D dans le sang et la maladie d’Alzheimer. Sept études cas-contrôle rassemblant 357 participants souffrant de la maladie d’Alzheimer et 648 personnes n’en souffrant pas ont été analysées. Les auteurs ont conclu que les gens souffrant de la maladie d’Alzheimer étaient plus à risque de souffrir également d’une carence en vitamine D comparativement aux contrôles.

 

En conclusion

 

Plusieurs études soulignent une association entre le taux de vitamine D et les fonctions cognitives. Par contre, les méthodes utilisées et les facteurs évalués sont souvent très différents d’une étude à l’autre. Il est donc difficile de tirer des conclusions claires. De plus, puisqu’il s’agit plutôt d’études d’observation, on ne peut pas affirmer qu’il y a un lien de cause à effet entre ces deux phénomènes.

 

On voit que les gens qui souffrent de la maladie d’Alzheimer ont souvent des taux sanguins inférieurs de vitamine D. Cela ne veut toutefois pas dire que c’est à cause de cette carence en vitamine qu’ils ont développé la maladie. De nouvelles études cliniques sont nécessaires afin de creuser davantage cette association et d’évaluer de quelle façon la vitamine D affecte l’état cognitif. 

Dernière modification :