Viandes et substituts

Le poisson : bon aussi pour vos yeux?

On attribue de nombreux bienfaits à la consommation de poisson et aux oméga-3 qu’ils renferment (EPA et DHA), notamment en ce qui concerne la santé du cœur. Les oméga-3 jouent leur rôle protecteur en atténuant plusieurs facteurs de risque de maladies cardiovasculaires. En effet, ils diminuent les taux de triglycérides et de cholestérol sanguins et réduisent le risque de voir se former des caillots dans le sang.

Mais les oméga-3 pourraient-ils avoir également un effet protecteur sur vos yeux? La rétine, la partie de l’œil atteinte dans les cas de dégénérescence maculaire liée à l‘âge (DMLA), est composée, entre autres, de DHA, un oméga-3 d’origine marine. Voilà pourquoi des chercheurs ont émis l’hypothèse qu’une alimentation riche en oméga-3 pourrait prévenir ou ralentir la DMLA.




DMLA et facteurs de risque


 

La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) est une maladie qui touche la partie centrale de la rétine de l’œil. Elle cause des pertes de vision partielles ou totales irréversibles chez les individus de plus de 60 ans.


 

La DMLA est un désordre génétique complexe auquel s’ajoutent plusieurs facteurs de risque :
 

  • l’âge ;
  • le sexe. Les femmes semblent plus susceptibles de développer la dégénérescence maculaire. En effet, l’incidence de la maladie atteint un sommet chez les femmes caucasiennes de plus de 60 ans ;
  • une exposition solaire importante tout au long de la vie, sans la protection de lunettes filtrantes ;
  • une exposition solaire importante tout au long de la vie, sans la protection de lunettes filtrantes ;
  • l'hypermétropie ;
  • l'hypertension artérielle et l'angine de poitrine ;
  • l’obésité abdominale ;
  • l'existence d'antécédents familiaux de cas de dégénérescence maculaire.



Le tabagisme constituerait le facteur de risque modifiable le plus important en ce qui concerne la DMLA. Ainsi, les fumeurs courraient de deux à trois fois plus de risques de développer une dégénérescence maculaire que les non-fumeurs, et il semblerait que le tabagisme augmenterait également le risque de progression de la maladie. Néanmoins, les effets de la cigarette sur la rétine seraient réversibles après l’abandon du tabagisme. En effet, les gens qui ont cessé de fumer il y a au moins 20 ans courraient autant de risques de contracter la DMLA que les individus qui n’ont jamais fumé. Le lien entre le tabagisme et la DMLA semble donc être de nature dose-dépendante.

Certaines études ont également observé une association entre l’indice de masse corporelle et l’incidence de DMLA.


 

Statistiques

Selon l’Association québécoise de la dégénérescence maculaire, 11 % des personnes âgées de 65 à 74 ans qui ont la peau claire développent la maladie. Chez les personnes de 75 ans et plus, cette proportion atteint 28 %.

À l’échelle mondiale, de 25 à 30 millions de personnes souffrent de dégénérescence maculaire. Selon l’AMD Alliance International, ce nombre pourrait tripler au cours des 25 prochaines années.

Environ huit millions de personnes dans le monde sont aveugles ou souffrent d’un sévère handicap visuel causé par la dégénérescence maculaire.

 



Des résultats prometteurs

Des études de population ont révélé que la consommation d’au moins deux repas de poisson par semaine pourrait être liée à une diminution du risque de souffrir de DMLA précoce ainsi qu’à un ralentissement de sa progression chez les personnes déjà atteintes. Elles suggèrent donc un effet bénéfique des oméga-3 d’origine marine (EPA et DHA) sur la santé des yeux.

Si plusieurs recherches ont fait ressortir ces bienfaits, d’autres cependant n’en ont constaté aucun. Il faudra donc poursuivre les études sur le sujet afin d’y voir plus clair. Mais n’attendez pas qu’elles paraissent avant de faire le virage poisson… Pour combler vos besoins en oméga-3 d’origine marine, inscrivez au moins deux repas de poisson par semaine à votre menu.


Les meilleurs choix

Les poissons gras sont ceux qui renferment le plus d’oméga-3 : sardine, saumon, hareng, maquereau et truite arc-en-ciel.

 

  • Dans la boîte à lunch, apportez des sardines, du saumon, du hareng ou du maquereau en boîte accompagnés de craquelins, de salade ou de crudités. Pratique et nourrissant!
  • Au souper, servez du saumon, de la truite arc-en-ciel ou de l’omble grillés. Simple et délicieux!


Sources d’oméga-3 d’origine marine

Aliment Portion EPA + DHA (g)
Sardines, en conserve 100 g 3,1
Saumon de l’Atlantique, cuit 100 g 2,0
Hareng de l’Atlantique, cuit 100 g 2,0
Huile de poisson 1 cuillérée à thé (5 ml) 1,6
Maquereau de l’Atlantique, cuit 100 g 1,2
Truite arc-en-ciel, cuite 100 g 1,1
Sole, cuite 100 g 0,5
Omble de fontaine (truite mouchetée), crue 100 g 0,4
Thon pâle, en conserve 100 g 0,3
Crevettes, cuites 100 g 0,3
Aiglefin, cuit 100 g 0,2

 


Qu’en est-il des capsules d’oméga-3?

À l’heure actuelle, trop peu de données permettent de justifier l’utilisation de capsules d’oméga-3 pour prévenir ou traiter la DMLA. Pour l’instant, on s’en tient au poisson.


En somme

Quoique les résultats disponibles à ce jour soient prometteurs, il faudra d’autres études avant de pouvoir conclure que les oméga-3 protègent contre la DMLA. Cela dit, il est tout de même recommandé de consommer au moins deux repas de poisson par semaine pour combler vos besoins en oméga-3. Faites-le pour votre cœur et, qui sait, vos yeux en bénéficieront peut-être aussi un jour!


 

 

Dernière modification :