Allergies

Le syndrome pollen-aliment

Vous avez déjà ressenti des picotements au niveau de la bouche en dégustant une pomme ou une pêche. Cependant, vous n’avez aucun problème lorsqu’il s’agit de la compote ou encore d’une tarte aux pommes? Impression ou réalité?


Le syndrome pollen aliment ou syndrome de l’allergie oral se caractérise par des réactions principalement au niveau buccal suite à l’ingestion de fruits et légumes. Il s’agit ni plus ni moins d’un défaut du système immunitaire.

 

La faute aux protéines

D’abord, il est essentiel de rappeler que lorsqu’il est question d’allergies alimentaires, ce sont les protéines qui sont mises en cause. Chez une personne aux prises avec le syndrome d’allergie oral, l’organisme est trompé de par la ressemblance de structure entre la molécule de pollen et la protéine de l’aliment en cause. Il y a donc réaction allergique, mais les symptômes se limitent, sauf exception, à des picotements et de l’enflure au niveau buccal.

Bien que d’ordinaire les allergènes résistent à la chaleur et qu’il est impossible pour la personne allergique de les consommer peu importe la façon dont ils sont apprêtés, les aliments cuits sont tolérés dans le cadre du syndrome de l’allergie oral. La raison est simple. Puisque la personne n’est pas véritablement allergique à l’aliment et qu’il ne s’agit que d’une similitude de la structure à l’état naturel, lorsque la structure protéique se déroule (se dénature) sous l’effet de la chaleur, il n’y a plus de réaction. Ce principe explique aussi que la réaction se limite au niveau buccal. Effectivement, une fois la digestion entamée de par les diverses enzymes, la structure originale de la protéine se voit modifiée de sorte à ne plus engendrer de réactions. Selon les résultats d’une récente étude, la congélation ne détruirait pas le potentiel allergène des aliments impliqués dans le syndrome pollen-aliment.

Il existe deux aliments pour lesquels, même s’il s’agit du syndrome pollen aliment, il arrive que les réactions persistent malgré un traitement thermique. Il s’agit du céleri et des noix. Vaut donc mieux être prudents dans de tel cas et en discuter avec votre médecin.

Symptômes de l'allergie pollen-aliment

Parmi les symptômes les plus souvent associés au syndrome d’allergie oral se retrouvent :

 

  • les démangeaisons et brûlures au niveau des lèvres, de la bouche et de la gorge,
  • des démangeaisons et écoulements au niveau des yeux et du nez,
  • des éternuements.

 

Plus rarement, il est possible de constater de l'urticaire ou de l'enflure au niveau de la bouche et de la trachée.


L’anaphylaxie n’est qu’exceptionnellement associé à cette condition.

Suite à la lecture de ces quelques lignes, vous vous sentez peut-être concernés par cette problématique. Sachez que le diagnostic doit être fait par un allergologue, médecin spécialiste en allergie et en immunologie. Bien que ce type d’allergie se distingue de sa forme «traditionnelle», sachez que les tests cutanés «skin prick test» avec les fruits et légumes crus peuvent permettre le diagnostic du syndrome pollen-aliment. Cependant, l’histoire de vos réactions demeure le premier outil pour arriver à de telles conclusions. Il est donc important de prendre en note vos symptômes avant de vous présenter dans le bureau du spécialiste.

Une autre caractéristique de ce type d’hypersensibilité alimentaire réside dans le fait qu’elle ne touche pas majoritairement les enfants. Au contraire, les adultes seraient plus nombreux à développer le syndrome pollen-aliment.

Le tableau qui suit présente les aliments susceptibles d’enclencher des réactions selon le pollen auquel la personne est allergique. Il est à noter qu’une personne allergique au bouleau par exemple, ne réagira pas automatiquement à ces aliments. Selon la littérature, ce sont les allergies croisées avec le bouleau qui semblent être les plus prédominantes.


Pollen Aliments
Bouleau Fruits : pomme, abricot, cerise, kiwi, nectarine, pêche, poire, prune, prune à pruneau
Légumes : anis, haricot, carvi, carotte, céleri, coriandre, cumin, aneth, fenouil, poivron vert, lentille, persil, panais, arachide, pois, pomme de terre, tomate
Noix et graines : amande, noisette, noix de Grenoble, tournesol
Graminées Fruits : kiwi, melon, orange, tomate, melon d’eau
Armoise Fruits : pomme, melon, melon d’eau
Légumes : carotte, céleri
Herbe à poux Fruits : banane, cantaloup, melon honeydew, melon d’eau
Légumes : concombre, courgette

Il est important de spécifier qu’il est cependant possible de développer une allergie aux fruits de type anaphylactique. Dans un tel cas, cru ou cuit, le fruit doit être évité sous toutes ses formes.

Pour une personne qui doit éviter un ou plusieurs des aliments ci-dessus principalement sous sa forme crue, il est conseillé d’écarter tout produit qui en contient sous cette même forme. Par exemple, une salade de fruits ou encore certains jus de fruits non pasteurisés seraient à bannir.

 

Dernière modification :