Diabète et maladies du cœur

Le vin rouge, c’est bon pour le cœur

Valeur de l'affirmation : 2
0 : Non fondée
1 : Peu probable
2 : Probable
3 : Fondée

Boire un à deux verres d’alcool chaque jour pourrait avoir un effet favorable sur la santé du cœur. Mais pour prévenir les maladies cardiovasculaires, l’alcool se situe encore bien loin derrière une alimentation saine, la pratique d’activité physique et la cessation du tabagisme…

 

Le vin rouge est-il meilleur?

Les bénéfices probables d’une consommation modérée d'alcool ne seraient pas exclusifs au vin rouge. Il n’y a que quelques études, effectuées sur les différents types de consommations alcoolisées, qui ont conclu à la supériorité du vin rouge sur les autres alcools. Les composés antioxydants du vin blanc auraient eux aussi des effets cardioprotecteurs…

Par ailleurs, il faut noter que les bénéfices du vin rouge ont été observés dans des régions où l’on consomme traditionnellement beaucoup de fruits, de légumes, de poisson et de gras insaturés. Tous d’excellents aliments pour la santé du cœur…

Aucun ingrédient n’a encore été formellement identifié comme responsable des bienfaits présumés du vin rouge.

Cela dit, deux substances sont souvent mentionnées comme étant à l’origine de l’effet bénéfique du vin rouge sur les maladies du cœur : l’alcool comme tel, et les substances antioxydantes appelées polyphénols. Dans le cas du vin rouge, le resvératrol est l'antioxydant responsable des effets anti-inflammatoires qui diminueraient les risques de maladies cardio-vasculaires. Par ailleurs, le tyrosol et l'hydroxytyrosol seraient les polyphénols contenus dans le vin blanc et qui auraient également des effets cardioprotecteurs.

Devez-vous commencer à boire de l’alcool?

Un à deux verres de vin rouge ou blanc par jour a peut-être un effet favorable sur la santé du cœur, mais cette pratique ne supprime pas les effets nuisibles du tabac, d’une diète riche en matières grasses, d’une faible consommation de fruits et de légumes et d’un manque d’activité physique.

Que vous consommiez déjà de l’alcool ou non, ce sont les facteurs mentionnés ci-dessus que vous devriez modifier en premier. L’alcool ne devrait pas être considéré comme un moyen en soi pour réduire les risques de maladies du cœur.

De plus, ses bénéfices ont été observés uniquement chez les personnes d’âge mûr et les personnes âgées. À ce jour, rien n’indique qu’une consommation, même modérée, protégerait les jeunes.

Trop… c’est trop!

Si vous buvez actuellement de façon modérée, n’augmentez pas votre consommation. Trop d’alcool peut entraîner des problèmes de santé et nuire à la santé de votre cœur :

 

  • en augmentant le taux de gras dans le sang;
  • en contribuant à un gain de poids (l’alcool contient beaucoup de calories);
  • en élevant la tension artérielle;
  • en provoquant de l’insuffisance cardiaque et d’autres maladies du cœur;
  • en augmentant le risque de faire un accident vasculaire cérébral (AVC)
  • en créant des dépendances;
  • et en pouvant être à l’origine de maladies du foie, du pancréas et de certains cancers.

 

Moins que plus...

Une consommation élevée d’alcool annule les effets bénéfiques de l’alcool et en augmente considérablement les risques.


À 2 consommations par jour, les risques sont au plus bas pour la plupart des gens. Dès qu’une personne boit plus, les bienfaits de l’alcool s’envolent et les risques de maladies du cœur augmentent…


Que veut dire boire modérément?

Boire modérément signifie ne pas consommer plus de 1 à 2 verres d’alcool par jour, jusqu’à un maximum de 14 verres par semaine pour les hommes, et de 9 pour les femmes.

Un verre équivaut à :
 
  • 5 oz (ou environ 150 ml) de vin (12 % d’alcool) ;
  • 1 bouteille (ou environ 350 ml) de bière (5 % d’alcool);
  • 1,5 oz (ou environ 45 ml) d’alcool fort (80 % d’alcool).

Et ne croyez pas que vous pouvez boire les 9 ou les 14 verres uniquement pendant la fin de semaine! Votre organisme risque d’être perturbé, et vous nuisez à votre cœur si vous agissez ainsi.

 

Dernière modification :