Santé des yeux

Les facteurs de risque modifiables de la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA)

 

À l’heure actuelle, il n’existe aucun traitement à la DMLA. Un des seuls moyen de freiner les ravages que peut entraîner la maladie est d’agir sur les facteurs de risques modifiables.

 

L’alimentation, le tabagisme ainsi que les conditions physique et médicale sont tous des facteurs de risques de la DMLA sur lesquels il est possible d’exercer une influence. Selon le type de DMLA auquel on fait face, des stratégies peuvent être mises de l’avant pour écarter la maladie ou encore, ralentir sa progression.

 

L’alimentation

 

Le « traitement » de la DMLA sèche vise à ralentir la progression de la maladie. Plusieurs chercheurs s’entendent pour dire que certains nutriments et micronutriments provenant des aliments pourraient contribuer à ralentir cette progression.

 

Les antioxydants

 

Le corps produit naturellement des substances appelées des radicaux libres qui peuvent se multiplier anormalement en vieillissant ou en présence d’un système immunitaire affaibli. Lorsqu’ils deviennent trop nombreux dans l’organisme, les radicaux libres peuvent engendrer, par un processus d’oxydation, plusieurs problèmes de santé comme certains cancers et la DMLA. On pourrait comparer l’oxydation des cellules à de la rouille qui se crée sur un métal après temps et usure. Les radicaux libres peuvent aussi provoquer l’inflammation des cellules et ainsi engendrer des conséquences sur la santé. Pour contrer ces phénomènes d’oxydation et d’inflammation, certains nutriments peuvent vous servir d’alliés : les antioxydants.

 

En effet, les antioxydants ont la capacité de bloquer plusieurs réactions d’oxydation. Deux antioxydants ont reçus beaucoup d’attention pour leur rôle bénéfique sur la DMLA : la lutéine et  la zéaxanthine. En effet, un apport alimentaire élevé d’aliments riches en ces antioxydants permettrait de ralentir la progression de la maladie. Concrètement, ils diminuent les risques de passer d’un stade modéré à un stade avancé de la DMLA. Toutefois, le rôle de ces 2 antioxydants dans la prévention de la DMLA demeure encore incertain.

 

Il est important de ne pas abuser de ces nutriments par la prise de suppléments. Les suppléments peuvent renfermer des quantités d’antioxydants beaucoup plus grandes que ce dont le corps a besoin et les effets à court et à long terme de ces méga-doses restent inconnus. Les aliments demeurent encore la solution la plus sécuritaire pour la santé.

 

Consommer davantage de fruits et de légumes riches en antioxydants ne peut apporter que des bienfaits pour la santé des yeux et de tout l’organisme. 

 

 

 

Principales sources alimentaires de lutéine et de zéaxanthine
 
* Le chou vert frisé  
* Les épinards 
* Les courges d’été et d’hiver
* Le brocoli
* Les pois verts       
* Le maïs 
 

 

 

Les oméga-3

 

Les acides gras oméga-3 pourraient eux aussi jouer un rôle dans le ralentissement de la progression de la DMLA. L’acide eicosapentaénoïque (AEP) et l’acide docosahexaénoïque (ADH) sont deux acides gras oméga-3. Ils possèdent une activité anti-inflammatoire et sont essentiels au bon fonctionnement de plusieurs organes du corps, dont les yeux. Ils diminuent les effets néfastes de l’inflammation qui est associée au vieillissement prématuré de l’œil, un des principaux facteurs à l’origine de la DMLA.

 

À ce jour, les études confèrent à ces acides gras un rôle de protection contre la progression de la DMLA. En effet, une consommation élevée d’aliments riches en AEP et ADH serait associée à un risque plus faible de passage d’un stade modéré à un stade avancé de DMLA. Le lien entre la consommation d’AEP et d’ADH et la prévention de la DMLA n’est pas établi. 

 

 

 

 

Principales sources alimentaires d’EPA et de DHA

 

*          Les sardines

*          Le saumon de l’Atlantique

*          Le hareng de l’Atlantique

*          Le maquereau de l’Atlantique

*          La truite arc-en-ciel

*          La sole

*          L’omble de fontaine (truite mouchetée)

*          Le thon pâle

*          Les crevettes

*          L’aiglefin 

 

 

Une alimentation comprenant au moins 2 repas de poisson par semaine gagne à être mise de l’avant et ne peut qu’avoir de nombreux bienfaits sur la santé!

 

 

Le tabagisme et les conditions physique et médicale

 

Selon plusieurs études, les fumeurs seraient plus à risque de développer la DMLA humide (ou exsudative) ou de voir progresser la maladie s’ils en souffrent déjà. La fumée de la cigarette pourrait en effet causer des dommages à la rétine de l’œil par le stress oxydatif.

 

De plus, à cause des gaz nocifs qu’elle émet, la cigarette pourrait induire un manque d’oxygène dans la région de l’œil et ainsi accentuer la formation des vaisseaux sanguins anormaux sous la rétine, cause principale de la DMLA humide.

 

Également, l’obésité et les maladies cardiovasculairesjouent un rôle important dans la progression de la DMLA. Ces deux facteurs exercent sur le corps une activité pro-inflammatoire qui peut être responsable du déclenchement de plusieurs maladies dont la DMLA humide.

 

Les chercheurs ne s’entendent pas encore pour affirmer que l’obésité et les maladies cardiovasculaires puissent déclencher le développement précoce de la DMLA. Par contre, la grande majorité sont d’accord pour dire que la progression de la maladie pourrait être ralentie par un bon contrôle du poids, du cholestérol et de la pression sanguine.

 

Donc, en plus d’adopter une alimentation riche en fruits et légumes, incluant ceux riches en lutéine et zéaxanthine et d’intégrer du poisson gras au moins deux fois par semaine, s’adonner quotidiennement à une forme d’activité physique ne peut qu’être bénéfique pour la santé du cœur et qui sait, peut-être même celle des yeux! 

 

Dernière modification :