Poids

Les hommes risquent davantage que les femmes de faire de l’embonpoint

Vrai. Même si les femmes s’en soucient beaucoup plus en général, les hommes risquent plus que les femmes de souffrir d’embonpoint.

Selon les tailles et les poids mesurés à partir de sources variées durant 2007-2009, plus d’un adulte sur quatre au Canada est obèse. Selon l’enquête canadienne sur les mesures de la santé de 2007-2009 de Santé Canada, 68,3% des hommes souffraient d’embonpoint ou d’obésité tandis que ce chiffre s’élève à 53.1% pour les femmes. Toutefois, bien qu’un plus grand pourcentage d’hommes se trouve dans la catégorie d’embonpoint (44.1% vs 29,5% pour les femmes), plus de femmes se trouvent dans la catégorie d’obésité sévère.

 

De façon générale, l’obésité est plus prévalente chez les hommes que chez les femmes. Cependant, cette relation dépend de l’âge et du fait que l’obésité est autodéclarée ou mesurée. Par exemple, au sein des 20-39 ans, 19% des hommes et 21% des femmes étaient obèses tandis que chez les 40-59 ans, 27% des hommes et 24% des femmes étaient obèses.

De plus, les hommes sont plus à risque que les femmes de développer des problèmes de santé liés au poids. Pour des raisons physiologiques associées à leur capacité d’enfanter, les femmes possèdent naturellement un pourcentage de gras corporel plus élevé que les hommes et ont tendance à l’accumuler au niveau des fesses et des cuisses. Néanmoins, la « culotte de cheval », située aux hanches et aux cuisses des femmes, comporte moins de risques pour la santé que l’accumulation de graisse dans la région du ventre, ou la « bedaine ».

Cette obésité abdominale accroît les risques d’hypertension artérielle, de diabète, de crise cardiaque et d’accident vasculaire cérébral.



 

 

Dernière modification :