Ménopause

Les isoflavones du soya et les bouffées de chaleur

 

Selon l’analyse des résultats de 19 études scientifiques publiées jusqu’à la fin de l’année 2010, les suppléments d’isoflavone de soya (synthétisés ou provenant d’extraits de soya) seraient significativement plus efficaces que le placebo pour diminuer la fréquence et la sévérité des bouffées de chaleur liées à la ménopause. D’autres études sont toutefois nécessaires pour contrer les effets d’une grande hétérogénéité dans les études et pour déterminer les nombreux facteurs qui peuvent affecter l’efficacité des isoflavones. La dose, les formes d’isoflavones les plus efficaces, la durée optimale de traitement et la fréquence initiale des bouffées de chaleur sont plusieurs facteurs à considérer. 

 

 

Ouf, il fait chaud!

 

Les bouffées de chaleur représentent le symptôme lié à la ménopause le plus commun. Cette sensation de chaleur est généralement accompagnée de transpiration, de rougeur, de palpitations et parfois d’anxiété. C’est la dilatation et la constriction des vaisseaux sanguins qui les provoquent. Elles peuvent, au damne de plusieurs femmes ménopausées, persister pendant plusieurs années et pour certaines, elles interfèrent avec les activités quotidiennes et nuisent à la qualité du sommeil.

 

La cause des bouffées de chaleur n’est pas encore complètement élucidée.  À la ménopause, la diminution des taux d’œstrogènes est certainement un facteur qui explique ces fameuses bouffées de chaleur. D’ailleurs la chute de ces hormones est responsable de l’augmentation des risques d'ostéoporose et de maladies cardiovasculaires après la ménopause.

 

 

Pourquoi le soya et les bouffées de chaleur?

 

Le soya est une légumineuse riche en fibres alimentaires, en protéines et en plusieurs autres nutriments tels que le phosphore et le magnésium. Dans le contexte de ménopause, c’est sa teneur en phytoestrogènes qui retient l’attention. En effet, le soya contient des isoflavones, soient la génistéine, la daidzéine et la glycitéine. Il s’agit de substances naturellement présentes dans la plante de soya qui jouent un rôle au niveau hormonal semblable à l’œstrogène, mais de moindre ampleur.

 

Dans l’organisme, les phytoestrogènes et les œstrogènes seraient en compétition pour entrer dans les cellules. Plusieurs hypothèses avancent que les effets des isoflavones sur les bouffées de chaleur sont reliés aux ressemblances chimiques et biologiques qu’ils ont avec les œstrogènes. Toutefois, bien que les isoflavones soient classées comme des phytoestrogènes, leur activité biologique est encore à être précisée.

 

Effets des isoflavones sur la fréquence des bouffées de chaleur

 

L’analyse des résultats de 13 études incluant 1 196 participantes post-ménopausées (principalement des femmes caucasiennes) a montré une diminution de 21% de la fréquence des bouffées de chaleur avec la prise quotidienne d’isoflavones (30 à 80 mg par jour pendant une période allant de 6 semaines à 12 mois), comparativement au placebo. Il semble que la génistéine soit plus efficace que les autres isoflavones pour atténuer les symptômes de la ménopause. En effet, les chercheurs ont noté plus grande diminution de la fréquence des bouffées de chaleur (29% de moins que le placebo)  avec des doses élevés de génisteine (>19 mg/jour).

 

Les résultats montrent également une diminution trois fois plus grande de la fréquence des bouffées de chaleur lorsque la durée de la supplémentation était supérieure à 12 semaines (une diminution de 34% des bouffées de chaleur comparativement à une diminution de 13% lorsque la supplémentation était de moins de 12 semaines).

 

 

Effets des isoflavones sur la sévérité des bouffées de chaleur

 

L’analyse des résultats de 10 études menées auprès de 988 femmes montre une diminution de 26% dans la sévérité des bouffées de chaleur avec un apport moyen quotidien de 63 mg d’isoflavones pris sur une période allant de 12 semaines à 12 mois.

 

 

 

Isoflavones et cancer du sein : une contre-indication?
 
Les résultats cliniques récents indiquent que la prise d’isoflavones (provenant de suppléments ou d’aliments dérivés du soya) n’entraîne pas d’effets néfastes sur les tissus du sein. Certains résultats suggèrent même une amélioration du prognostic avec la consommation de soya. Discutez-en avec votre médecin avant de prendre des suppléments.

 

 

 

Que doit-on retenir de ces résultats?

 

Les résultats actuels indiquent clairement que la prise d’isoflavones est une alternative raisonnable pour les femmes post-ménopausées qui cherchent des moyens d’alléger les bouffées de chaleur.

 

  • La prise d’extraits d’isoflavones de soya ou d’isoflavones synthétisés est efficace pour réduire la fréquence et la sévérité des bouffées de chaleur associées à la ménopause. 
  • L’intensité des effets varie selon la dose de génistéine et la durée de la supplémentation.
  • Pour un résultat satisfaisant, l’apport consommé devrait contenir un minimum de 15 mg de génistéine. Cette quantité se retrouve dans 125 ml (½ tasse) de fèves de soya, 100 g de tempeh cuit ou de tofu, 30g de fèves de soya rôties, ou encore (1 ¼ tasse) 300 ml de sauce soya allégé en sel.

 

D’autres études sont toutefois nécessaires pour contrer les effets d’une grande hétérogénéité dans les études et pour déterminer les nombreux facteurs qui peuvent affecter l’efficacité des isoflavones. La dose, les formes d’isoflavones les plus efficaces, la durée optimale de traitement et la fréquence initiale des bouffées de chaleur sont plusieurs facteurs à considérer 

 

Dernière modification :