Salubrité et sécurité des aliments

Manger du saumon d’élevage, c’est dangereux pour la santé

Valeur de l'affirmation : 1
0 : Non fondée
1 : Peu probable
2 : Probable
3 : Fondée

Selon certains chercheurs, la consommation de saumon d’élevage constituerait un risque important pour la santé en raison du taux élevé de polluants cancérigènes. Pourtant, diverses agences gouvernementales continuent d’affirmer que le poisson d’élevage est sécuritaire et qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter. Qu’en est-il vraiment?

 

Les POP

 

Même si leur nom semble bien innocent, les POP sont en fait des polluants organiques persistants. Ces substances ne se dégradent pas dans l’environnement et peuvent s’accumuler dans les tissus des humains et des animaux. On les retrouve majoritairement dans les tissus gras. Bien que plusieurs POP ne soient maintenant plus utilisés, ils continuent d’être présents dans la chaîne alimentaire.

 

Le problème, c’est que plusieurs de ces molécules sont considérées comme cancérigènes, alors que d’autres pourraient empêcher certaines hormones de faire leur travail correctement. Il est donc permis de se demander si des aliments contenant des concentrations élevées de ces différents polluants peuvent être nocifs pour la santé.

 

Puisque les POP s’accumulent dans les tissus gras, les poissons gras, comme le saumon, sont une source importante de POP dans l’alimentation.

 

Le saumon d’élevage : de plus en plus populaire

 

L’aquaculture est une pratique qui est devenue importante afin de satisfaire notre appétit grandissant pour les produits de la mer. Plus de la moitié du saumon de l’Atlantique vendue dans le monde provient de l’aquaculture effectuée en Europe, au Chili, au Canada et aux États-Unis. Ainsi, la consommation de saumon d’élevage a beaucoup augmenté dans les dernières années.

 

Plusieurs études ont démontré que la concentration de certains POP était plus élevée dans le saumon d’élevage que dans le saumon sauvage.

 

C’est la nourriture offerte au saumon d’élevage qui explique cette concentration plus élevée. En effet, cette dernière contient de l’huile de poisson, une source importante de POP, comme les dioxines, le BPC et certains pesticides.

 

Des raisons de s’inquiéter?

 

En 2004, des chercheurs ont publié une étude qui mettait en garde les personnes consommant du saumon d’élevage plus d’une fois par mois, qui seraient, selon eux, plus à risque de développer un cancer que celles consommant du saumon sauvage. Certaines études associent également la consommation de saumon contaminé aux POP à des risques plus élevés de résistance à l’insuline et au diabète de type 2.

 

Ceci étant dit, la plupart des analyses effectuées dans le but d’évaluer la contamination en divers POP ont observé des concentrations inférieures à celles associées à des problèmes de santé.

 

De plus, une étude effectuée en 2014 a étudié l’effet, chez 56 patients, de la consommation de 380 grammes par semaine de saumon de l’Atlantique d’élevage ou de 60 grammes par semaine d’huile de saumon de l’Atlantique d’élevage. Même après 30 semaines, aucun effet significatif sur la concentration en POP ou en mercure dans le sang ou le tissu adipeux des participants n’a été observé.

 

Le saumon, une source d’oméga-3

 

Le saumon est un poisson gras qui constitue une source d’acides gras oméga-3 protégeant des maladies du cœur. Et les bienfaits du saumon pour le cœur sont nettement supérieurs aux dangers potentiellement liés aux contaminants.

 

On recommande toujours de consommer du poisson au moins 2 fois par semaine en alternant les espèces (grasses, non grasses), saumon compris. En enlevant la peau des saumons et des autres poissons gras, il est possible de réduire la teneur en dioxines et en BPC de votre repas.
 

Un mot sur la pêche durable

 

Le saumon de l’Atlantique d’élevage est bon pour la santé, mais sa production nuit à l’environnement. Pour le remplacer, vous pouvez privilégier d’autres espèces similaires telles que le saumon sauvage d’Alaska ou du Pacifique, ainsi que la truite saumonée. Pour plus d’informations sur la pêche durable, consultez notre article : « La pêche aux poissons verts ».

 

Dernière modification :