Poids

Pour notre santé : misons sur les saines habitudes de vie!

Saviez-vous qu’environ deux tiers des personnes qui perdent du poids après un régime le regagneront durant l’année suivante? La presque totalité de ces gens reviendront à leur poids initial ou regagneront même plus de poids après 5 ans. Et si l’objectif se cachant derrière une tentative de perte de poids expliquait, en partie, les raisons de ces nombreux échecs…

 

Les motifs d’une perte de poids : loin d’être anodins

 

Connaissez-vous beaucoup de personnes qui désirent perdre du poids de façon modérée et à long terme? Bien qu’une perte de poids modérée, de l’ordre de 5% du poids initial soit souvent suffisante pour améliorer la santé, bien des gens sont plutôt à la recherche de la solution miracle pour perdre beaucoup de poids rapidement. Visant une perte de poids souvent supérieur à 30% du poids initial, plusieurs personnes ont des objectifs irréalistes de perte de poids et sont même prêts à mettre leur santé en danger pour y parvenir. Le culte de la minceur chez la femme et de la musculature chez l’homme prôné dans notre société incite ainsi plusieurs personnes à suivre des régimes drastiques, à jeûner ou à pratiquer de l’activité physique de façon excessive pour atteindre un « corps de rêve ». Cela dit, vouloir perdre du poids rapidement pour atteindre un idéal uniquement esthétique, plutôt qu’une bonne santé, est plus souvent qu’autrement une source d’échec et de découragement.

 

Puisqu’il existe plusieurs déterminants du poids, qui sont parfois hors de notre contrôle, ce n’est pas tout le monde qui peut perdre du poids avec une bonne dose de volonté et en modifiant ses habitudes de vie. Ceci est d’ailleurs tout un défi pour les personnes ayant suivi des régimes amaigrissants, et qui ont vu leur poids fluctuer grandement au fil des années (cycle du yo-yo). En effet, même en appliquant la même intervention de perte de poids, la quantité de poids perdu peut grandement varier d’une personne à l’autre.

 

Une question de perspective?

 

Si une personne qui adopte de saines habitudes de vie perçoit le maintien de son poids comme un facteur d’échec, elle peut se décourager et malheureusement abandonner ses bonnes habitudes. D’un autre côté, si cette même personne perçoit plutôt l’acquisition de saines habitudes de vie comme une façon d’améliorer son état de santé global, elle pourra percevoir les nombreux bénéfices associés à son nouveau mode de vie. Par exemple, elle réalisera que sa qualité de vie s’est améliorée, qu’elle a une plus grande estime d’elle-même, que son niveau d’énergie est plus élevé, ou encore que son poids a tendance à se stabiliser depuis l’adoption de ses nouvelles habitudes. De plus, même si le chiffre indiqué sur la balance ne varie pas, l’adoption de saines habitudes alimentaire et d’un mode de vie actif peut améliorer plusieurs indicateurs de santé, comme la tension artérielle et le taux de gras dans le sang.

 

Miser sur la perte de poids comme facteur de réussite plutôt que sur une meilleure santé est non seulement inefficace pour perdre du poids et pour améliorer la santé, mais peut aussi se révéler dommageable. Cette vision peut contribuer à une préoccupation alimentaire et corporelle excessive, à des troubles alimentaires, à des cycles répétés de perte et de reprise de poids, à une diminution de l’estime de soi, à la stigmatisation et à la discrimination sociale à l’égard des personnes en surpoids.

 

Une approche misant sur les saines habitudes de vie, peu importe son poids

 

Face à l’échec des régimes amaigrissants à moyen et à long terme, l’approche alternative « Health at Every Size » (le nouveau paradigme sur le poids) a émergé il y a quelques années et a suscité l’intérêt de nombreuses organisations, dont l’organisme québécois ÉquiLibre. Cette approche mise sur l’adoption de comportements sains pour la santé, peu importe notre poids ou notre taille, contrairement aux approches traditionnelles qui misent plutôt sur la perte de poids. Elle s’appuie également sur la définition globale de la santé, telle que définie par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), référant à  « un état de complet bien-être physique, mental et social, [qui] ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité. »

 

Voici les cinq principes de base sur lesquels repose cette approche émergente :

 

  • Viser l’amélioration de la santé et le bien-être global des individus. Les besoins physiques, économiques, sociaux, spirituels, émotionnels des gens sont ainsi pris en compte avec cette approche.
  • L’acceptation corporelle est souhaitable pour développer la motivation nécessaire afin d’améliorer sa santé.
  • Reconnaître les préjugés à l’égard du poids pour mettre fin à la discrimination et à la stigmatisation à l’égard des personnes obèses ou en surpoids.
  • S’alimenter pour son bien-être : Prendre plaisir à manger, écouter ses signaux de faim et de satiété et cesser les diètes axées sur le contrôle du poids pour développer une relation saine avec l’alimentation.
  • Le plaisir de bouger, peu importe notre poids ou notre taille.

 

Une revue de la littérature publiée en 2011 indique d’ailleurs les bénéfices pour la santé de cette approche autant sur le plan physique que psychologique. En effet, une amélioration de la pression artérielle, du taux de gras dans le sang, des habitudes de vie (activité physique et alimentation), de l’estime de soi et de l’image corporelle a été observée chez les participants qui utilisaient cette approche, et cela peu importe les variations de poids observée. Cette amélioration était plus marquée que celle observée chez les participants qui utilisaient un traitement traditionnel misant sur une perte de poids.

 

Bref, misons sur l’adoption de saines habitudes de vie, peu importe notre poids! 

Dernière modification :