Manger sainement

Prévenir l’Alzheimer en mangeant mieux

On n’y peut rien, avec le temps, notre matière grise perd du terrain. Mais les saines habitudes de vie peuvent ralentir le déclin. En réduisant vos risques de souffrir d’Alzheimer ou d’autre forme de démence, vous réduirez par le fait même vos risques de souffrir de diabète et de maladies cardiovasculaires. Extenso vous explique comment ces maladies sont reliées.

 


Surplus de poids


Une accumulation de gras autour de la taille est loin d’être inoffensive. Elle augmente les risques de souffrir de maladies cardiovasculaires, de diabète et de cancer, et elle peut aussi affecter les fonctions cognitives. Le lien entre le tour de taille et les fonctions cognitives passe par l’insuline. Pour le comprendre, il faut savoir que le tissu adipeux est un organe qui produit des hormones qui élèvent le taux d’insuline (essentiel à la digestion des sucres). Dans le cerveau, il y a beaucoup de récepteurs d’insuline et c’est normal, puisque le cerveau carbure au sucre.

Une hypothèse pour expliquer le fait qu’un surplus d’insuline soit problématique est la suivante. Il y a, dans le cerveau, une protéine qu’on appelle bêta-amyloïde. On retrouve cette protéine en excès dans le cerveau des gens qui souffrent de la maladie d’Alzheimer. Normalement, un enzyme la dégrade et fait en sorte qu’elle ne s’accumule pas. Or, ce même enzyme est aussi responsable de dégrader l’insuline, ce qu’il fait en priorité. S’il y a trop d’insuline, l’enzyme ne peut pas prendre la bêta-amyloïde en charge, ce qui expliquerait son accumulation.

Une seconde explication tient au fait qu’un surplus de poids augmente les risques de souffrir de diabète. Cette maladie prédispose aux maladies cardiovasculaires qui, à leur tour, affecteraient la mémoire.

 

 


Pression sanguine


L’hypertension peut elle aussi nuire aux fonctions cognitives. Une explication est qu’une pression sanguine élevée endommage les vaisseaux sanguins qui alimentent les cellules du cerveau, réduisant leur apport en oxygène. Des chercheurs pensent également que l’hypertension pourrait affaiblir la barrière qui sépare le cerveau du reste du corps. Cette barrière laisserait ainsi passer des substances nuisibles pour le cerveau. Finalement, des études ont permis d’observer que, dans certains cas, lorsqu’elle n’est pas traitée, l’hypertension accélérerait le développement de la maladie d’Alzheimer.

Prévenir ou traiter l’hypertension artérielle est donc une façon de se protéger, dans une certaine mesure, de la démence.

 

Soyez actif
Faire de l’exercice a de nombreuses vertus, dont celle d’améliorer la mémoire en contribuant à augmenter la matière grise dans plusieurs régions du cerveau. Visez entre 30 et 60 minutes d’activités de type aérobique par jour.

 

 

 

Alimentation

Tant le poids et la pression sanguine que le diabète sont reliés à l’alimentation. Voici des conseils généraux pour améliorer vos habitudes. Pour des conseils personnalisés, rien ne vaut une rencontre avec un nutritionniste.

 

  • Remplissez le tiers de votre assiette de fruits (au déjeuner) ou de légumes (au dîner et au souper). Préférez les aliments plutôt que les jus : ils contiennent plus de fibres et rassasient davantage.
  • Laissez un tiers de votre assiette libre pour un produit céréalier comme des pâtes, du riz, du bulghur (couscous de blé entier) ou du pain. Privilégiez les grains entiers qui réduisent leur densité calorique.
  • Intégrez une source de protéines à chaque repas : poisson, fruits de mer, œuf, légumineuses, poulet, viande maigre, beurre d’arachide, tofu, etc.
  • En dessert ou en collation, choisissez le plus souvent un fruit ou un yogourt. À l’occasion, permettez-vous une petite quantité de dessert « gâterie ».

 

Dernière modification :