Manger sainement

Prévenir les pierres aux reins

Les lithiases rénales, mieux connues sous le nom de « pierres aux reins », se définissent par la formation de cristaux solides qui se logent dans les canaux du système urinaire. Normalement, des composés présents dans l’urine empêchent ces minéraux de s’agglomérer mais, dans certains cas, ils se lient les uns aux autres et forment des « pierres », ou calculs. Toutefois, certaines mesures peuvent aider à prévenir ce douloureux problème.

 

 

 

Incidence

Cette affection apparaît généralement vers la trentaine et elle touche un homme sur 7 et une femme sur 15, selon des données américaines. Des chercheurs de la Faculté de médecine de Harvard ont révélé que le nombre de cas serait en hausse, dû notamment au nombre croissant de personnes en surpoids ainsi qu’à un meilleur accès à l’échographie et autres scans qui détectent, souvent de façon involontaire, des lithiases asymptomatiques. Les personnes qui ont déjà souffert de lithiases rénales sont plus susceptibles de récidives, de même que ceux qui ont des antécédents familiaux. De plus, les personnes affectées seraient plus à risque de développer de l’hypertension artérielle et de l’ostéoporose.

 

 

 

 

 

Les symptômes


Les lithiases rénales provoquent une douleur subite et aiguë, qui peut rapidement devenir intolérable et causer des vomissements. Cette douleur est la conséquence du passage des cristaux – qui atteignent parfois la taille d’une balle de golf – dans les canaux urinaires dont le diamètre est beaucoup plus petit que celui des cristaux. Cette affection peut entraîner de la difficulté à uriner et du sang dans les urines. De plus, des dommages aux reins peuvent survenir ainsi que des infections urinaires, particulièrement chez les femmes.

La cause exacte de l’apparition de calculs rénaux est encore mal connue. Certains aliments peuvent promouvoir la formation de lithiases chez les individus susceptibles d’en développer, mais il est peu probable que les aliments puissent en entraîner chez ceux qui ne sont pas prédisposés.


Comment prévenir cette situation?

De l’eau et encore de l’eau!


En matière de prévention, il importe de boire suffisamment de liquide, idéalement de l’eau. Cette habitude aidera vos reins à former de l’urine et à ainsi éliminer les minéraux et autres substances avant que ceux-ci aient le temps de se lier et former des cristaux. Le fait de ne pas bien s’hydrater est la principale cause de calculs rénaux.

À ce sujet, une étude américaine démontre que les gens qui habitent dans certains États américains du sud sont plus à risque de développer des calculs rénaux. L’hypothèse suggérée? Le climat chaud et humide augmentant la sudation, il y aurait plus de danger pour les résidants de ces régions de souffrir de déshydratation et d’avoir des urines concentrées, ce qui augmente les risques de lithiases urinaires.

 

 

 

Buvez-vous suffisamment ?

La présence d’une urine foncée ayant une odeur prononcée est signe que vous ne buvez pas suffisamment de liquide. Avec une hydratation adéquate, l’urine est pâle et sans odeur.

 

 


Éviter le surpoids


Des chercheurs ont analysé les résultats d’études d’observation menées auprès de trois grandes cohortes américaines incluant des hommes et des femmes. Les résultats indiquent que plus les gens sont en surpoids, plus ils sont à risque de développer des calculs rénaux. En effet, les femmes qui, au cours de l’âge adulte, gagnent près de 15 kg, ont jusqu’à 75 % plus de risque d’être atteintes, comparativement à celles qui n’ont pas pris de poids. Les hommes ne sont pas en reste puisque le même surplus de poids augmente leurs risques de 40 %. Rien de surprenant, étant donné que les personnes en surpoids excrètent davantage de calcium et d’oxalates par les reins, ce qui contribue au risque de lithiases.


Bien contrôler sa glycémie


À partir de ces mêmes études de cohorte, les chercheurs ont également observé que les femmes pour lesquelles un diagnostic de diabète de type 2 a été posé étaient plus à risque de souffrir de calculs rénaux, soit jusqu’à 60 % plus que celles qui ne sont pas diabétiques. La cause exacte de cette différence n’est pas connue, mais les chercheurs suggèrent que la capacité des reins d’excréter l’acide est diminuée chez les personnes diabétiques, ce qui pourrait augmenter la formation de lithiases.


Consommer suffisamment de calcium


Dans plus de 75 % des cas, les calculs sont composés de sels de calcium (lithiases calciques). On a longtemps pensé qu’un apport trop élevé en calcium pouvait être directement lié au développement des lithiases rénales, mais ce n’est plus le cas. D’ailleurs, un apport élevé en calcium alimentaire pourrait même être préventif. Aucune raison donc d’abandonner les produits laitiers ou d’éviter les aliments riches en calcium. Si le calcium est pris sous forme de suppléments, il est important de le prendre en mangeant.


Privilégier les agrumes et les jus citrins


Ces derniers augmentent le contenu en acide citrique, lequel réduit le taux d’acidité de l’urine. Une exception : le pamplemousse! En effet, des études d’observation indiquent que, chez les consommateurs de pamplemousses, il y a davantage de lithiases urinaires. Pourquoi? Aucune explication n’a encore été avancée!


À éviter


Les oxalates : Une grande consommation d’aliments riches en oxalates pourrait augmenter les risques de calculs rénaux chez certains individus. Il existe 8 aliments qui accroissent le taux d’oxalates dans l’urine, soit la rhubarbe, les épinards, les fraises, le chocolat, le son de blé, les amandes, les betteraves et le thé. Cela dit, le thé ne contient pas suffisamment d’oxalates pour qu’on l’élimine de notre alimentation en cas de lithiases. Par ailleurs, le calcium contenu dans les aliments se combinerait aux oxalates, empêchant ces derniers d’être absorbés dans le sang et d’être éventuellement excrétés dans les urines.

Le sodium : Étant donné son effet sur la tension artérielle et sur l’élimination du calcium, il est recommandé de réduire sa consommation de sel. En effet, plus on consomme de sel, plus on augmente son excrétion de calcium urinaire. On ne devrait donc pas dépasser un apport quotidien de 2300 mg de sodium, soit l’équivalent d’une c. à thé (5 ml) de sel. Limiter les protéines d’origine animale semble également efficace pour prévenir l’apparition de calculs rénaux.

Les suppléments de vitamine C : 2000 mg par jour ou plus de cette vitamine augmente le niveau d’oxalates dans les urines, donc les risques de calculs rénaux. Les mégadoses de vitamine C sont donc déconseillées.

Si vous souffrez de lithiases urinaires et que vous désirez effectuer quelques changements à votre alimentation, consultez votre médecin et votre nutritionniste.

 

 

Dernière modification :