Consommation responsable

Des OGM dans votre assiette

Lorsqu’il est question de la présence des aliments transgéniques dans nos assiettes, c’est la confusion la plus totale. Quels aliments peuvent être génétiquement modifiés ? Lesquels se retrouvent dans votre assiette ? Extenso fait le tour de la question pour vous.


Produits susceptibles d’en contenir au Canada

Treize espèces de plantes GM sont approuvées à des fins de commercialisation au Canada. Ce sont, en majorité, les cultures de canola, de maïs-grain et de soja GM qui sont cultivées. L’utilisation actuelle de ces cultures est principalement à des fins d’alimentation animale. Cependant, il est possible que ces cultures GM se retrouvent dans les aliments transformés destinés à la consommation humaine, sous forme d’ingrédients. Par exemple, on pourrait retrouver des aliments transformés contenant de la lécithine provenant de soja GM, de l’huile extraite de canola GM ou de la fécule de maïs produite à partir de maïs GM.

 

Depuis 2015, la pomme Artic, une pomme génétiquement modifiée pour éviter qu’elle brunisse une fois coupée est cultivée et peut être commercialisée au Canada.

 

Depuis 2016, le saumon AquAdvantage est le premier animal génétiquement modifié accepté pour la commercialisation au Canada.

 

En 2009, deux études québécoises ont évalué la présence de traces d’OGM dans les aliments vendus en épicerie.

 

Dans une, des traces d’OGM ont été mesurées dans seulement 2 aliments sur 34. Cela étant dit, la nature des aliments et la transformation qu’ils subissent jouent beaucoup sur la possibilité de mesurer ces traces. Ainsi, sur les 34 aliments, seulement 6 contenaient de l’ADN intact de maïs, de canola, de soya ou de papaye, des aliments possiblement GM. Donc, parmi ces 6 aliments contenant de l’ADN intact provenant possiblement de plantes OGM, des traces d’OGM ont été mesurées dans 2 d’entre eux.

 

Dans l’autre étude, les chercheurs estimaient qu’environ 9 % à 10 % du panier d’épicerie des Québécois pouvait contenir des traces d’OGM. Ceci compte tous les aliments frais tels que les fruits et légumes, la viande, la volaille, le poisson, les légumineuses, etc. pour lesquels aucune variété GM n’existait au moment de l’étude, ainsi que les aliments transformés ne contenant ni soya, ni maïs, ni canola. Il faut considérer, encore une fois, que plusieurs aliments peuvent être issus de plantes GM, mais ne contenir aucune trace d’OGM à cause des procédés de transformation qu’ils ont subis, ainsi que de nouveaux produits GM ont été approuvés et commercialisés depuis.

 

Comment s’y retrouver ?

 

Au Canada, l’étiquetage des OGM n’est pas obligatoire. Il n’est donc pas possible de savoir si les aliments que nous achetons contiennent des ingrédients issus de cultures génétiquement modifiées.

 

La grande majorité des aliments frais, à l’exception d’une variété de pomme et d’une variété de saumon atlantique, ne sont jamais GM. La certification biologique interdit l’utilisation d’ingrédients génétiquement modifiés. Il s’agit donc d’un bon gage que l’aliment acheté ne contient pas d’ingrédients issus d’OGM.

 

Ce sont généralement les aliments transformés, surtout ceux contenant du maïs, du soya et du canola, ainsi que leurs dérivés, qui sont les plus susceptibles de provenir de cultures GM. 

Dernière modification :