Cancer

Le lait cause le cancer de la prostate

Valeur de l'affirmation : 2
0 : Non fondée
1 : Peu probable
2 : Probable
3 : Fondée

Depuis quelques années, plusieurs études s’intéressent au lien entre les produits laitiers et le cancer de la prostate. Bien que le portrait semble plus clair et qu’il semble pointer vers une association, certaines études se contredisent encore.

 

Des causes multiples et mal connues

 

Au Canada, le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent chez les hommes. Ses causes sont multiples et peu connues. Quelques facteurs de risque ont toutefois été identifiés, comme la vieillesse, des antécédents de cancer de la prostate dans la famille et une alimentation riche en protéines et en gras, plus spécifiquement en gras saturés, tous deux d'origine animale.

 

Le lait au banc des accusés

 

Le lait est également pointé du doigt depuis que des chercheurs, dans les années 70, ont observé une fréquence plus élevée du cancer de la prostate chez les populations buvant beaucoup de lait.

 

Les études tentent de déterminer non seulement si le lait augmente le risque de cancer de la prostate, mais également si d'autres produits laitiers sont en cause. Les constituants des produits laitiers tels que le calcium, la vitamine D, les protéines et les matières grasses sont également étudiés. Par contre, il n'y a encore aucun consensus à ce sujet.

 

En 2004, une équipe de chercheur a analysé 11 études examinant le lien entre le cancer de la prostate et la consommation de lait. Les résultats de cette analyse soulèvent l’inquiétude : une grande consommation de lait augmenterait de 68 % les risques de développer le cancer de la prostate!

 

Même son de cloche en 2005 pour une méta-analyse qui s’est penchée sur 12 autres études : les hommes consommant le plus de produits laitiers et de calcium étaient, respectivement, 11% et 39% plus à risque de développer un cancer de la prostate comparativement à ceux qui en consommaient le moins.

 

Toutefois, une troisième méta-analyse américaine datant de 2008 a analysé 45 études et n’a pas relevé de risques significativement plus élevés pour les buveurs de lait de développer un cancer de la prostate.

 

Limites des études

 

Les protocoles de recherches sont souvent très différents d’une étude à l’autre, ce qui rend difficile l’analyse des résultats à grande échelle. Par exemple, chaque étude a sa propre définition de ce qu’est une portion de produits laitiers. Parfois, on n’étudie que le lait, parfois on ajoute  le yogourt et le fromage, la crème glacée ou le beurre. Difficile de tirer des conclusions exactes.

 

De plus, ce ne sont pas toutes les études qui évaluent les différents facteurs influençant le développement des cancers comme l’obésité, l’âge, le niveau d’activité physique, le tabagisme ou la consommation de fruits et légumes.

 

Quoi en penser

 

Il n’est pas possible d’affirmer avec certitude que le lait et les produits laitiers jouent un rôle dans le développement du cancer de la prostate. Toutefois, plusieurs études semblent indiquer un lien. La Société Canadienne de Cancer suggère que le lait et les produits laitiers sont un facteur de risque possible au développement du cancer de la prostate. Il faudra toutefois attendre davantage de données avant de pouvoir émettre des recommandations en ce sens.

 

Le lait et ses substituts et la santé

 

Le lait, ses substituts et le calcium sont nécessaires pour vieillir en bonne santé.

 

Au Canada, plus de deux Canadiens sur trois ne consomment pas le minimum recommandé par le Guide alimentaire canadien, en matière de lait et substituts.

 

La consommation de 2 portions de lait et substituts chaque jour pour un adulte de 19-50 ans est une excellente façon d'obtenir le calcium dont l'organisme a besoin pour se construire des os solides. Il se retrouve également dans une panoplie d’autres aliments comme le brocoli, le chou chinois, le tofu, le saumon en conserve ou les amandes. Bien que l'ostéoporose soit moins fréquente chez les hommes, elle touche tout de même 1 homme sur 8 après 50 ans!

 

 

 

À ce jour, le danger reste avant tout de mal s'alimenter. Pour mettre toutes les chances de votre côté et réduire les risques de développer un cancer:

·         Adoptez une alimentation riche en fibres, en légumes et en fruits, et faible en matières grasses.

·         Limitez également votre consommation d'alcool à 1 ou 2 verres par jour.

 

Un régime équilibré, la pratique d'exercice physique et le maintien d'un poids santé, voilà de précieux atouts à ne pas négliger !

Dernière modification :