Suppléments/éléments nutritifs

Les suppléments d’antioxydants sont-ils sécuritaires?

Plusieurs études associent la consommation élevée en fruits, en légumes et en autres produits végétaux, comme les noix et les graines, et la diminution des risques de maladies attribuables au stress oxydatif. On pense par exemple aux maladies cardiovasculaires, aux accidents vasculaires cérébraux, à la dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA), et à certains types de cancers.

 

Au cours des années 1980, les scientifiques ont suggéré que les antioxydants naturellement présents en grande quantité dans les aliments d’origine végétale pouvaient neutraliser l’effet des radicaux libres, des composés pouvant entraîner d’importants désordres moléculaires. D’ailleurs, des études épidémiologiques suggèrent que les antioxydants jouent un rôle protecteur dans la prévention du cancer et d’autres maladies.

 

Ainsi, plusieurs chercheurs ont émis l’hypothèse que la prise de suppléments d’antioxydants pouvait protéger contre le développement de ces maladies. Ces résultats ont suscité un véritable engouement pour les antioxydants, ce qui a donné lieu à une forte augmentation de la consommation de suppléments riches en vitamines et autres substances naturelles antioxydantes.

 

Les résultats sont-ils au rendez-vous?

 

Les vitamines A, C et E, le bêta-carotène et le sélénium  sont les suppléments d’antioxydants les plus étudiés. Une multitude d’études cliniques se sont penchées sur leurs rôles dans la prévention des maladies cardiovasculaires, du cancer de la mortalité. Toutefois, les suppléments d’antioxydant ne semblent pas offrir de bienfaits sur la santé.  Au contraire, la prise de suppléments, particulièrement à fortes doses, pourrait plutôt avoir un effet négatif.

 

Par exemple, une analyse des résultats de 78 études scientifiques portant sur les effets préventifs de suppléments d’antioxydants publiée en 2012, montre clairement qu’il n’existe aucune preuve en faveur de suppléments antioxydants pour la prévention des maladies. Non seulement les suppléments antioxydants n’apportent aucun avantage, mais ils peuvent être néfastes. En effet, la prise bêta-carotène et de vitamine E semble accroître la mortalité, surtout lorsque ces vitamines sont administrées en doses qui dépassent les apports nutritionnels recommandés. Il est possible également que la vitamine A ait ce même effet sur la mortalité.

 

D’un autre côté,  une équipe française a observé des résultats tout à fait différents avec des suppléments à faibles doses (respectant les ANREF et comparables aux quantités trouvées dans les aliments). En effet, cette étude clinique randomisée à double insu avec groupe témoin placebo a été effectuée auprès d’une population française composée d’hommes et de femmes âgés de 35 à 60 ans.

L’étude intitulée SU.VI.MAX a suivi pendant sept ans et demi près de 13 000 personnes qui prenaient quotidiennement un supplément d’antioxydants (120 mg de vitamine C, 30 mg de vitamine E, 6 mg de bêta-carotène, 100 mg de sélénium et 20 mg de zinc ou un placebo) sous forme de capsules. Les résultats démontrent que l'apport en antioxydants à faible dose réduit significativement (de près de 30 %) l’incidence des cancers et de la mortalité de toutes causes, mais seulement chez les hommes. Les auteurs expliquent l’absence d’un effet protecteur chez les femmes par un effet seuil, c’est-à-dire que les femmes ayant déjà un niveau adéquat d’antioxydants grâce à leur alimentation, un ajout supplémentaire n’apporte pas de bénéfices.
 
Ainsi, les personnes qui ont déjà une alimentation fournissant suffisamment d’antioxydants  ont peu de chance de bénéficier de la prise de suppléments. Selon les auteurs de SU.VI.MAX, une supplémentation pourrait être bénéfique chez des sujets en santé qui ne sont pas exposés à des risques de cancer, mais qui auraient de faibles taux d’antioxydants. À l’opposé, de fortes doses d’antioxydants pourraient être inefficaces ou même néfastes.

 

Ce qu’il faut retenir

 

  • Une alimentation riche en fruits, en légumes et en autres aliments d’origine végétale, comme les noix et les graines, semble constituer la recommandation la plus sécuritaire et la plus bénéfique à l’heure actuelle afin d’augmenter les apports en antioxydants.
  • La prise de suppléments à fortes doses, particulièrement de vitamines E et A et de bêta-carotène, peut être dommageable pour la santé des individus.


Par conséquent, les résultats actuels ne supportent pas l'utilisation de suppléments antioxydants dans la population générale ou chez les patients atteints de diverses maladies.

Dernière modification :