Cancer

Manger du poisson nous protège contre le cancer colorectal

Valeur de l'affirmation : 1
0 : Non fondée
1 : Peu probable
2 : Probable
3 : Fondée

De nombreuses études se sont intéressées aux bienfaits du poisson sur la santé, notamment en prévention  de maladies telles que les maladies cardiovasculaires et la perte de mémoire. Il existe des liens solides entre le cancer colorectal et la consommation de viande rouge, le tabagisme et l’obésité. À l’inverse, la pratique d’activités physiques a un effet protecteur contre ce type de cancer. Toutefois, en ce qui concerne l’effet protecteur du poisson, les résultats demeurent inconsistants, les évidences scientifiques étant limitées.

 

Quelques résultats contradictoires

 

En 2012, une méta-analyse rassemblant 41 études (22 études de cohortes et 16 études cas-contrôle) a conclu que la consommation élevée de poisson frais semblait diminuer de 12% les risques de souffrir de cancers colorectaux.

 

En 2013, une méta-analyse portant sur 12 études effectuées dans la population japonaise a plutôt conclu que les liens entre la consommation de poisson et les cancers du côlon et du rectum chez cette population étaient faibles.

 

En 2014, une étude prospective qui a analysé les données de plus de 100 000 personnes n’a pas observé de lien entre la consommation de poisson ou d’oméga-3 et les cancers colorectaux.


Plusieurs raisons peuvent expliquer ces résultats contradictoires :

 

  • Certaines études traitent de la consommation de poisson frais, d’autres de poisson salé et d’autres de poisson séché.
  • Un apport élevé de poisson peut être lié à un faible apport de viande rouge, et l’effet bénéfique est davantage causé par la diminution de la consommation de viande rouge.
  • La durée des études est très variable.
  • Les cancers du côlon et du rectum, souvent rassemblés ensemble sous le terme de cancers colorectaux, peuvent être influencés par des facteurs différents et ne pas répondre de la même façon à la consommation de poisson ou aux oméga-3.


Les oméga-3 y sont-ils pour quelque chose? 

Bien que des doutes subsistent sur l’effet protecteur d’une consommation de poisson contre le développement du cancer colorectal, divers mécanismes d’action ont été suggérés jusqu’à présent.

Le principal mécanisme proposé met l’accent sur les fameux gras oméga-3 d’origine marine, soit l’acide éicosapentaénoïque (AEP) et l’acide docosahexanoïque (ADH), deux acides gras dits essentiels.

À cet effet, plusieurs études effectuées sur des animaux et en éprouvettes rapportent une réduction de la taille des tumeurs cancéreuses.

Toutefois, ces observations n’ont pas été clairement démontrées par des études cliniques rigoureuses auprès d’êtres humains. D’autre part, la teneur considérable de vitamine D et de sélénium retrouvée dans le poisson pourrait également être à l’origine, du moins en partie, des effets bénéfiques contre le cancer colorectal.

Que doit-on faire pour se protéger?

Jusqu’à présent, la réduction des risques de cancer colorectal a été reliée à de bonnes pratiques de vie et à de saines habitudes alimentaires. Pour vous protéger contre le cancer colorectal, misez surtout sur trois aspects :

 

  • Bougez, en pratiquant tous les jours une activité physique.
  • Limitez votre consommation de viande rouge et de charcuteries
  • Limitez votre consommation d’alcool.

 

Manger du poisson : un atout!

Il n’a pas encore été établi que le fait de consommer du poisson protège contre le cancer colorectal. Toutefois, il existe de nombreux avantages à consommer régulièrement du poisson, notamment parce que celui-ci vous protège contre les maladies du cœur. Faites-lui une place de choix dans votre assiette, que ce soit sous forme de poisson grillé ou au four, au moins une à deux fois par semaine!

Dernière modification :