Poids

Ce qui nous pousse à trop manger

On nous dit souvent d’écouter notre corps pour savoir quand arrêter de manger. Bien que le corps possède des mécanismes de contrôle de la faim et de la satiété, plusieurs facteurs externes peuvent prendre le dessus.
 
Partout, en tout temps

Nous sommes constamment stimulés par l’environnement alimentaire : la nourriture est accessible en tout temps et à tous les coins de rue. Au dépanneur, à la pharmacie, à la station-service, au cinéma, à l’école, au travail… Et quand ce n’est pas un comptoir de collations ou des machines distributrices qui sollicitent notre attention, ce sont des publicités. Il peut parfois être  difficile d’évaluer si la faim est réelle ou si elle est déclenchée par cet accès constant à la nourriture et aux nombreuses expositions à des stimuli. 

 

Il est impossible d’ignorer les publicités ; elles sont omniprésentes. Vous pouvez toutefois prendre conscience de l’impact de leur présence.

 

Petite, moyenne ou grosse portion?

Que ce soit dans les supermarchés ou les restaurants, les portions n’ont cessé d’augmenter dans les dernières décennies.  Et plus la portion d’un aliment est grosse, plus on mange. Même à la maison, le simple fait de se servir une portion plus grosse amène à manger davantage, sans s’en rendre compte.

En demandant les petites portions, en commandant des entrées au lieu du plat principal, en partageant les assiettes avec vos convives ou en servant le repas dans de petites assiettes, vous diminuez automatiquement la portion.

 

Pour en savoir plus, consultez notre article : « Quand nos assiettes prennent du poids! »

 

Des mélanges qui déjouent la satiété

Des mélanges de textures, de couleurs et de saveurs peuvent aussi perturber les signaux de la faim et de la satiété. Il est en effet plus difficile de respecter sa faim lorsqu’on mange un aliment qui est à la fois sucré et salé, croquant et crémeux. Le plaisir associé à ces expériences multisensorielles pourrait être une des causes de la surconsommation. Profitez de ce phénomène pour augmenter votre consommation de légumes et de fruits, par exemple, en faisant des mélanges de légumes, des salades de fruits, des trempettes…

 

Le piège des aliments légers

Les aliments qui affichent une allégation telle que « réduit en » ou « allégé » ou « léger » encouragent la surconsommation. On a l’impression qu’on peut en manger beaucoup plus parce que l’aliment est moins calorique, ce qui nous fait consommer autant, sinon plus de calories!

Pour en savoir plus à ce sujet, consultez notre article : « Les aliments légers favorisent la perte de poids ».  

 

Calories à boire

Les boissons gazeuses, les jus ou cocktails de fruits, les boissons énergisantes, l’alcool et les cafés aromatisés: il s’agit de boissons qui peuvent contenir de grandes quantités de calories. Toutefois, les aliments liquides ne sont pas accompagnés du même effet rassasiant que les aliments solides.

 

Pour des idées de boissons hydratantes et nutritives, consultez notre article : « Se rafraîchir, pour le meilleur et pour le pire! »

Dernière modification :